Le monde des émaux

Qu’est-ce que l’émail (un émail, des émaux) ?

L’émail est un mélange de matière minérale broyée et fondante qui a l’état brut, se présente sous forme de poudre. Elle est généralement appliquée sur des pièces en terre cuite afin de leur donner une couleur.

 poudre email

A la vente, les émaux sont référencés dans un catalogue avec un « nuancier » et sont vendus au poids. Il est judicieux de se déplacer en magasin car on y trouve des essais. Même si les photos du catalogue sont souvent fidèles, il m’est déjà arrivé d’avoir des surprises de rendu (attention la couleur de la poudre peut être complètement différente de celle de l’émail une fois cuit).

 

test de couleur

 

Il est d’ailleurs conseillé de demander des échantillons, car il est possible que vous obteniez une couleur différente de celle présentée par le magasin. Ceci s’explique par les variations de conditions de cuisson dues au four, à la programmation, à l’application de l’émail ou à la terre utilisée. Les grossistes vous conseillent souvent d'effectuer des essais dans votre propre atelier avant d'utiliser une nouvelle couleur sur toute une série de créations. Certains ne garantissent même pas l'obtention de la couleur présentée par le fournisseur, malgré le respect des conditions d'utilisation. Il vous est aussi possible d’acheter des matières premières et de réaliser vos propres mixtures de minéraux. Certaines personnes possèdent littéralement des livres de recettes à émaux. Cependant la préparation d’un émail requiert certaines compétences ainsi que de la rigueur. La manipulation des poudres doit être faite avec le bon équipement car certaines matières, comme les oxydes, peuvent être toxiques tant au touché qu’à l’inhalation.

 

Préparation émail

 

Comment les utilisez ?

Pour pouvoir appliquer l’émail sur la terre, il est nécessaire de la mélanger avec de l’eau (fig 6) afin que la matière adhère à la surface de la pièce. Il s’agit de trouver la bonne proportion eau/poudre afin d’obtenir un mélange ni trop liquide (rendant la couleur pas assez intense) ni trop épais (rendant l’application trop fastidieuse). 

Une fois dans l’eau, les minéraux ont tendance à précipiter, c’est-à-dire qu’on se retrouve rapidement avec un agglomérat au fond du pot. Re-mélanger régulièrement ses émaux, particulièrement avant l’application, est donc indispensable.

Dans le commerce, vous pouvez aussi trouver des émaux « prêts à l’emploi ». Ce sont des émaux qui existent déjà en mélange et qui se présentent donc sous forme liquide (fig 7).

Pots d'émaux


Quel émail choisir ?

-       L’aspect
Le choix d’un émail dépend bien sûre du rendu et de la couleur souhaité. Il existe des émaux opaques, d’autres transparents, avec des effets, mats ou brillants.

 

catégories d'émaux


-       La température

Il faut avant tout faire attention à ce que l’émail choisi puisse passer aux températures de cuisson souhaitées. Il existe différentes tranches de températures : 960-1080°C, 1120°C-1180°C, 1240°C-1300°C etc. Comme mes cuissons ne dépassent pas les 1050°C, j’utilise principalement des émaux « basse température » entre 980 et 1080°C. Au moment de la cuisson, un four doit impérativement contenir des pièces avec des émaux possédant les mêmes
températures de cuisson (sous peine d’avoir des coulures ou une couleur non désirée).

 

-       La texture

Le choix de l’émail utilisé dépend aussi de sa texture. Suivant leur composition, certains sont plus fluides et d’autres plus pâteux (indépendamment de la quantité d’eau utilisée pour le mélange). Comme j’applique l’émail au pinceau et que cela prend déjà un certain temps, il est certain que les émaux plus faciles à appliquer sont privilégiés.

Bien que plus chers, les émaux « prêts à l’emploi » ont l’avantage d’être plus fluides et homogènes, rendant l’application particulièrement agréable. Leur utilisation peut donc être un bon choix lorsque la pièce à émailler demande une application particulièrement minutieuse (plusieurs couleurs ou beaucoup d’interstices/recoins à remplir).


Maîtriser l’émaillage

L’obtention d’une pièce en céramique de la couleur souhaitée est beaucoup plus simple sur le papier que dans la réalité. Alors que certains émaux sont très stables, d’autres sont particulièrement sensibles aux conditions de cuisson. Ainsi, pour un même émail, il est possible d’obtenir plusieurs rendus.

En dehors de la courbe de cuisson qui a été programmée, les paramètres auxquels il faut faire attention sont : la proximité de la pièce avec les résistances, sa position en hauteur dans le four, l’ouverture/fermeture de l’évacuation d’air, l’ouverture/fermeture de la trappe d’aération.

Par exemple, pour ces deux pièces qui ont été recouvertes du même émail, le seul élément changeant est leur position en hauteur dans le four.

 

différents rendus d'un même émail

 

La maîtrise des émaux les plus capricieux s’acquière donc au fils du temps et des essais. Il est recommandé de prendre des notes et de faire des photos à la sortie de chaque four, en plus de préciser la méthode d’application de l’émail (nombre et épaisseur des couches d’émaux). Le but est de pouvoir reproduire un résultat qui nous satisfait et de le rendre répétable

 

Ainsi le monde des émaux est très vaste. Il existe autant de possibilité dans le façonnage d’une pièce que dans sa mise en couleur. C’est personnellement l’étape que je redoute le plus. D’abord, un mauvais choix de couleur peut rendre une pièce parfaitement façonnée, totalement hideuse. Ensuite, même s’il s’agit de la bonne couleur, il existe toujours cette part d’imprévisibilité du rendu. A côté de cela, le moment de l’ouverture du four est aussi celle que je préfère. Même s’il m’est arrivé d’être très déçue, cette imprévisibilité apporte aussi son lot d’excitation, de surprise et de satisfaction.
Retour au blog